"Data Virtualization" : perspectives et points d'attention

DV

L'approche "Data Virtualization" émerge depuis quelques années dans la littérature et sur le marché IT (voir par exemple : R. F. Van der Lans, "Data Virtualization for BI Systems. Revolutionizing Data Integration for Datawarehouse", Morgan Kaufmann, Elsevier, 2012).

A l'heure du "Big Data", cette approche propose de séparer couches physiques, logiques et conceptuelles, pour faciliter l’accès aux données via la modélisation d'une vue unique virtuelle. Sur le principe, l'approche n’est pas neuve mais la technologie est nouvelle car elle intègre une large gamme de modèles logiques actuels de données : RDBMS, NoSQL databases (modèles réseau, hiérarchique, ...),  information non structurée, Web & Linked Open Data, etc.

Le "Data Virtualization" vise ainsi à la mise en place d'une plateforme d'accès et d'échange homogène à un grand ensemble de bases de données hétérogènes liées entre elles pour le "business". Des outils apparaissent sur le marché à cette fin (parmi les leaders en 2013, citons : Denodo, Informatica et Composite Software ainsi qu'un outil Open Source "Red Hat") visant à gérer notamment :

  • la performance (gestion de mémoires cache); 
  • la sécurité;
  • la conception graphique de vues avec des fonctionnalités de "Sandbox" (prototypes rapidement conçus), d'audit ("lineage"), d'opérateurs spécifiques ("mapping", "matching", "nesting", ...);
  • la génération d'une vue homogène moyennant éventuellement des pertes d'information (par exemple, les structures des NoSQL databases peuvent être converties en structures relationnelles pour obtenir une vue homogène, si la vue virtuelle est de type relationnelle);
  • des transactions bidirectionnelles "théoriquement", toutefois, ces outils sont surtout utilisés à l'heure actuelle en "read only" et peu en "write back";
  • certains aspects de la qualité des données (via le recours à des techniques de "data profiling", par exemple);
  • des domaines d'application spécifiques;
  • le lien avec des bases de données externes internationales fréquemment consultées, comme "Dun and Bradstreet", dans certains cas.

imagesSur le plan conceptuel, la mise en place de la vue virtuelle unique, reposant sur des requêtes (queries), n'est pas triviale et demande une expertise humaine pointue :

  • des techniques d'intégration de schémas ("top down", "bottom up", "inside out", ...) et éventuellement, d'intégration de valeurs sur la base de règles de priorité doivent être mobilisées (voir par exemple : Ben Hassine-Guetari S. et al., « La gestion de données multi-sources : de la théorie à la mise en œuvre dans le cadre d’un référentiel client unique ». In Berti Equille L. éd., La qualité et la gouvernance des données au service de la performance des entreprises. Paris : Hermès, 2012, p. 179 à 214).
  • la gouvernance des données (sur le plan sémantique, de la gestion des versions, ...) doit être gérée rigoureusement en amont de façon à disposer de données documentées et homogènes (ces questions sémantiques n'étant pas gérées "automatiquement" par un logiciel et demandant de la main d'oeuvre humaine qualifiée et l'implication des utilisateurs). Cette gouvernance est capitale dès le début du projet mais aussi tout au long de la maintenance et du cycle de vie des applications. L'intérêt d'un outil de "data virtualization", sur ce plan, réside éventuellement dans le fait qu'il attire potentiellement l'attention sur la nécessité d'une gouvernance et d'une organisation.
  •  Une telle plateforme peut également faire appel à des sources authentiques validées dont la conception est stratégique  (à propos de la conception de telles sources, voir l'ouvrage de référence : J. Bizingre, J. Paumier et P. Rivière, "Les référentiels du système d'information. Données de référence et architecture d'entreprise", Paris, Dunod, 2013).

Enfin, les points d'attention suivants doivent être mentionnés sur le plan fonctionnel :

  • Par définition, les outils de "Data Virtualization" sont surtout intéressants si l'on dispose de DBMS hétérogènes différents sur les plans logiques et physiques. Si l'on dispose d'un seul type de DBMS, l'approche reste intéressante sur le principe mais l'acquisition d'un outil peut sembler superflue.
  • La technologie est récente, en 2013, il existe peu de case studies à grande échelle de par le monde;
  • Les outils sont coûteux et parfois propriétaires (voir plus haut).
  • Même s'ils s'appliquent aussi aux bases de données "real time" transactionnelles, pour des raisons de performance évidentes, les domaines de prédilection actuels des outils de "Data Virtualization" sont le BI, les ETL ou les DWH (où l'on trouve fréquemment des DBMS logiques et physiques hétérogènes).

Les techniques de "Data Virtualization" présentent dans tous les cas un grand intérêt, dans le contexte du "data analytics" et du "big data" et mériteront un suivi attentif, en prenant en considération des défis conceptuels et fonctionnels qu'elles soulèvent.

This entry was posted in Big Data, Info management and tagged , by Isabelle Boydens. Bookmark the permalink.
avatar

About Isabelle Boydens

Consultante Recherche depuis 1996 chez Smals et Professeur ordinaire à l'Université Libre de Bruxelles où elle enseigne depuis 1999. Elle a obtenu une thèse de doctorat en "Sciences de l'Information et de la Documentation" à l'ULB en 1998. De 1991 à 1996, elle était chercheur en histoire quantitative à l'Université de Liège où elle a participé à la création du groupe de contact FNRS « Analyse critique et amélioration de la qualité de l’information numérique » dont elle est Présidente depuis 2013.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *